• facebook
  • instagram
  • twitter
A LA DECOUVERTE DU RIZ DE CAMARGUE SAMEDI 27 FEVRIER 2016

A LA DECOUVERTE DU RIZ DE CAMARGUE SAMEDI 27 FEVRIER 2016

LOGO_FARANDOLE

 

 

Le 27 février 2016 toute la journée, les jeunes riziculteurs camarguais font une action de communication envers le grand public dans la Grande Surface : GEANT à Arles, quartier Fourchon.
Les jeunes riziculteurs de Camargue veulent lors de cette journée, communiquer les difficultés de la filière rizicole de Camargue. Aborder les points importants suivants :
– Présenter une gamme de riz très large et souvent inconnu du consommateur : Riz technologiques (riz étuvés 18 ou 10 min), Riz nutritionnels (Complets long et rond), Riz traditionnels (Indicas long et rond) et les riz gourmets (Rouge, Noir, Risotto, Parfumé, Sushi).
– Mettre en avant le riz de Camargue né sous le signe de la qualité, l’origine contrôlée et labélisée par une Indication Géographique Protégée (IGP). Produits issus d’une agriculture raisonnée et non OGM. Et reste un produit régional avec un impact carbone réduit.
– Consommer du riz de Camargue pour préserver notre bel écosystème de la Camargue, ses flamants, ses chevaux et ses taureaux. Le riz permet une gestion précise de l’eau qui protège les sols de la stérilisation saline et de ce fait permet la culture d’autres céréales.
– Sauver une filière locale qui emploie 2000 personnes en amont et en aval. 250 entreprises impliquées.
Les jeunes riziculteurs lors de cette journée de sensibilisation vont offrir 14 000 sachets de riz de variété différente, ce qui représente 4000 kg de riz.
Une démonstration et dégustation de riz cuisiné sur place sera également réalisé par le Conservatoire des Cuisines de Camargue, assuré par des grands chefs de cuisines.
Les transformateurs de riz de Camargue ont offerts des lots de Riz afin que les jeunes riziculteurs camarguais puissent réaliser cette action de communication un remerciement : à
Société MADAR, Silo TOURTOULEN, Société THOMAS et CANAVERE.

op riziculteurs geant arles 27 fevrier 2016

 

L’interview de Marine ROZIERE et Manuela STOFFE :